profile_VSIZE_small.jpeg

Esther Ojeda

Esther Ojeda a axé sa recherche artistique autour de la couleur et de l'abstraction, l'exprimant non seulement dans des toiles mais aussi, dans ce cas, en peignant sur de la soie.

Les conséquences de l'ère Duchamp ont généré des mouvements qui n'ont pas besoin de la peinture ou du métier de peintre pour s'exprimer. La notion d'art a pris de nombreux chemins et motivations, d'autres moyens sont apparus pour développer un discours artistique en dehors de la peinture. Cependant, "la mort de la peinture", comme prédite, ne s'est pas produite. Il y a encore des peintres.

Esther Ojeda est restée dans la peinture parce qu'elle a l'impression de peindre.

Dans les années 70, elle a réalisé une série d'expériences participatives très originales, où elle a montré son intérêt pour le fait que l'art ne devait pas être contemplatif, mais pouvait aussi être intégré à la vie, au quotidien. Cette expérience l'amène à réaliser des foulards, des écharpes à vivre, que les gens peuvent porter sur leur corps. Ce sont des peintures sur soie où les transparences et superpositions imminemment picturales nous font oublier l'intérêt utilitaire. Esther nous fait goûter au plaisir spécifique d'être devant l'œuvre d'un peintre qui est un peintre.

AVAILABLE WORKS