DIG_2018_ATL_FR_Paris_Stephenson_Showroo

Carlos Cruz-Diez

Caracas, Venezuela 1923 - Paris, France 2019

 

« L’art est le moyen de communication le plus efficace jamais inventé »

 

Artiste français d’origine vénézuélienne, Carlos Cruz-Diez a vécu et travaillé à Paris depuis 1960. Il est considéré comme l’un des principaux maîtres de l’art optique et cinétique, mouvement artistique né dans les années 1950 et qui revendique « la prise de conscience de l’instabilité du réel »[1]. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des penseurs majeurs de la couleur du XXe siècle. Ses recherches ont permis une nouvelle approche cognitive du phénomène de la couleur, amplifiant considérablement son champ de perception.

 

Le discours plastique de Carlos Cruz-Diez s’appuie sur la couleur comme phénomène autonome et qui évolue perpétuellement dans le temps et l’espace. Ses œuvres participent de quatre situations chromatiques : soustractive, inductive, additive et réfléchie. Sa recherche artistique est constituée de huit thèmes : Couleur Additive, Physichromie, Induction Chromatique, Chromointerférence, Transchromie, Chromosaturation, Chromoscope et Couleur dans l’Espace. 

 

Dans toute l’œuvre de Cruz-Diez la participation du spectateur est requise : son œil, son déplacement en sont les activateurs. Ses œuvres sont avant tout des expériences et des événements à vivre et à expérimenter. 

 

Le travail de Cruz-Diez a été exposé lors d’événements historiques parmi lesquels Bewogen Beweging au Stedelijk Museum d’Amsterdam (1961) et The Responsive Eye au Museum of Modern Art de New York (1965). Il a également représenté le Venezuela en 1970 lors de la XXXVe Biennale de Venise. Actuellement son œuvre est exposée dans de prestigieuses collections à travers le monde entier comme le Musée d'art moderne (MoMA) de New York, la Tate Modern de Londres, le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, le Centre Pompidou à Paris, le Musée des beaux-arts de Houston ou encore le Musée Wallraf-Richartz de Cologne. 

 

[1] Jean Clay, «La peinture est finie», Robho, n°1, 1967, n.p.

Ceramique_Treigny_A_15_Face_003_WEB.jpg

OEUVRES DISPONIBLES